Le mot de notre Commodore François Goubau